Élément révélateur des enjeux du Grand Paris et des mutations territoriales au nord de la capitale, l’installation de la Banque de France signe le renouveau d’un site, mais aussi celui de tout un quartier avec la volonté de préserver le patrimoine emblématique des anciennes halles industrielles.
Voir la fiche complète

Voir aussi\2

Banque des États d’Afrique Centrale, Yaoundé, Cameroun

Borj Attijariwafa, Casablanca

Nouveau centre fiduciaire de la Banque de France, La Courneuve

Une nouvelle infrastructure synonyme de renouvellement et d’hommage à un lieu emblématique

Deuxième plus grand centre d’Europe de traitement des valeurs, le site occupe le terrain de la friche industrielle de la fonderie Babcock s’étendant sur 4,5 hectares en bord de l’A86. Élément révélateur des enjeux du Grand Paris et des mutations territoriales au nord de la capitale, l’installation de la Banque de France signe le renouveau d’un site, mais aussi celui de tout un quartier avec la volonté de préserver le patrimoine emblématique des anciennes halles industrielles.

Afin de traiter dès son ouverture plus d’1 milliard de billets soit 25% du volume national, ce projet fait appel à une infrastructure matérielle et technologique spécifique répondant aux exigences d’ultra sécurité et de très forte automatisation.

Le centre névralgique du dispositif architectural est un bâtiment coffre-fort composé par la juxtaposition de trois volumes cubiques.
Sa première fonction est le contrôle automatisé à très haute cadence des billets avec une destruction automatique des billets usagés et la mise à l’écart des coupures douteuses. La seconde est le stockage des valeurs assuré dans une «serre» haute de 26 mètres.

La lumière naturelle revêt un rôle primordial dans le parti-pris architectural de cet environnement a priori hermétique : la façade en céramique blanche déploie un jeu de motifs en creux et alternés qui en adoucit le caractère défensif et crée une vibration en fonction de l’ensoleillement. Ce rapport à la lumière se manifeste également au cœur du bâtiment avec un vide triangulaire abritant un patio ouvert au personnel.

A l’entrée du site, deux anciens bâtiments de l’usine Babcock Wilcox, l’un en brique de 1923, l’autre en béton de 1987, qui accueillent les bureaux et le public, font face à l’unité sécurisée. Restaurés dans le respect de leur singularité, ils ne font désormais qu’un pour instaurer une harmonisation des usages et des fonctions.

Architecte
VIGUIER architecture urbanisme paysage

Maître d’œuvre mandataire, direction opérationnelle du groupement process et logistique
Artelia

Bureaux d’études techniques
Axeflow (Process)
Alternative (Acoustique)

Entreprises de construction
Léon Grosse (entreprise générale bâtiment tertiaire)
CBC (Gros œuvre et second œuvre)
Ineo (CFO et CFA)
Spie (CVC plomberie)
Jean Lefebvre (VRD et espaces verts)

Paysage
Agence Babylone

Aménagement intérieur
Majorelle (space planning)

Fournisseurs
Céramique extrudée (entreprise Moeding) et cassettes métalliques comme revêtement de façade

Certifications
NF HQE Bâtiments tertiaires par Certivéa avec « Plateforme logistique durable » 3* par Afilog

Associé/Directeur de projet
Christophe Charon
Francesco Paolo Zaccaro

Architectes d’opérations
Fiona Dunlop
Dionisio Rocha

Équipe projet
Christophe Charon
Beat Meier
Daniele Molinari
Aboubacar Mahaman Noury
Claire Moreau

Architectes d’intérieur
Justine Duhautois
Ninni Byrelid
Clémence de Dreuzy
Julia Le Guilloux
Sophie Pélisset

Images de synthèse
Benoit Paterlini
Giovanni Barbagallo
Amélie Bellaud